Archives de la catégorie ‘mes escales’

Chers lecteurs,

J’ai décidé de vous faire entrer dans la confidence.

Sachez que j’ai un attachement très particulier pour mon acolyte de Blogueur du Nord, Piccalilli Circus. Non pas, parce que je  sois enfin tombée  amoureuse ( ceux qui me connaissent, savent que ça m’arrive très peu 😉 ) mais parce que Piccallili a dégotté la clef pour me « dé-parisianisé » un brin… Et ça, c’était pas gagné! (suite…)

Publicités

2 ans de Velib!

Publié: juillet 20, 2009 dans mes escales

Fait marquant la semaine dernière: Le Vélib a fêté ses 2 ans.

Mercredi: 7h00 du matin! Mon réveil sonne.  RTL s’enclenche et Vincent Parizot me crie dans les oreilles:  » EN CE MERCREDI 15 JUILLET, le désormais célèbre système parisien de location Vélib vient de fêter ses deux ans d’existence !!!!!!! »

Ah ouééé et alors !!!!

Moi le Vélib ça m’enquiquine, je le prends jamais et de toute les façons à chaque fois que je m’y essaye, je me retrouve toujours confrontée à quelques problèmes techniques!  Selle retournée, roues crevées ou chaîne qui déraille…

Pourtant, le Vélib est bien devenu populaire dans le cœur de nos citadins depuis ces deux dernières années. Selon un sondage TNS Sofres, 94% des utilisateurs se disent satisfait de son utilisation. Je fais donc parti des 16% d’insatisfaits ???

Bon allez, c’est son anniversaire et en bonne blogueuse de Paris que je suis, je ne peux pas passer outre cet incontournable  moyen de locomotion pour « Ecolo et Bobo en folie ». Ce matin je me sens l’âme d’une reporter, JE PREND UN VELIB !

Heureusement, mon coach « Marcelle » (actuellement aux US) m’avait pourtant bien prévenue. Pour choisir un bon Vélib, il y a quelques astuces:

« Commence par  un coup de pied dans le pneu avant : gonflé, ou pas, un coup de pied dans le pneu arrière, idem. Soulève ton vélo par la selle, donne un coup de pédale et vérifie que ça ne bloque pas, que ça ne déraille pas. Et pendant que tu y es, vérifie le frein !

Mouais, compliqué tout ça …..  Enfin en selle sur mon nouveau cheval de Troie, je prends le CAP telle une guerrière vers Levallois Perret.

Il est tôt, il fait beau ça va bien se passer !

Oulalala il est lourd ce vélo et toutes ces voitures prêtent à me réduire en concassé de tomates, ça ne me plait pas du tout. Je vois le côté pratique de la chose, les vacances, la plage approchent à grand pas alors…. Pédale, pédale….. !!!

Mais une fois sur le vélib’ c’est le code de la route qu’il faut respecter! Eh oui parce qu’ici on est loin des pistes cyclables que l’on pratique   l’été en toute tranquillité. Paris c’est la jungle, il faut sauver sa peau! On évite toute imprudence.

Et à la question, le Vélib facilite-il vraiment la drague et bien ma réponse est: NON!

1/2 heure de Vélib m’ont valu de me faire insulter 3 fois et de finir 4 ou 5 fois la tête dans le guidon!

Bref résultat peu concluant. Je ne suis définitivement pas une inconditionnelle du Vélib!

Et parce qu’il existe quand même des fans de ce transport urbain, suivez Aurélie sur  ‘Vélib et Moi »

Velib_Cabu

Surprenant!

Je ne sais pas si il faut être amateur d’art pour apprécier ce genre de créations, mais si vous passez dans le coin, allez faire un tour à l’exposition     « Les Gardiens du Pont »,  dans la Culée Rive Gauche du Pont Alexandre III.

A l’heure où l’on commémore le 65ème anniversaire du débarquement allié en Normandie, cette drôle d’exposition s’est posée là comme un rappel de la cruauté humaine. Des corps et silhouettes mutilés,  on est proche de l’horreur mais pas loin de la réalité, en message de paix mais aussi d’espoir pour l’avenir…

Dates : du Vendredi 5 juin au 14 juillet 2009

Tarif : GRATUIT

DSC02603

DSC02601

DSC02595

Cap pour les Batignolles

Un dimanche comme les autres, je me réveille légèrement en vrac ne connaissant pas encore le déroulé de la journée. C’est ça toute la magie de Paris, il y a toujours quelque chose de différent à faire. Mille et une façons de chasser les dimanches monotones qui sonnent la fin d’un weekend. Exit le spleen, place à la ballade du dimanche !

Une copine m’appelle: « dej’ au Batignolles? Je t’invite ». Allez Go, c’est l’occasion d’alimenter la première page de mon blog et de partir en mode reporter, appareil photo au fond de mon sac à main. Direction ligne 13, je quitte mon 6ème arrondissement embourgeoisé et m’engouffre rue de la Gaîté (14ème arrondissement).

Dans cette rue atypique de Paris mêlant industrie du plaisir et théâtres parisiens, se succèdent sur ma gauche nombreux « sex shops » et têtes d’affiches. Je note l’arrivée du printemps tant les regards de la gente masculine semblent s’émoustiller à la moindre mini-jupe pointant le bout de son nez!

Métro Gaîté (ligne 13) je prends place sur le quai en mode veille jusqu’à l’arrivée du métro,  direction Asnières – Genevilliers. Le panneau indique 7 minutes d’attente et j’observe la présence d’un vieillard qui ne m’est pas inconnu. C’est l’un des clochards, îcone du quartier, que je côtoie depuis mes 11 ans. Personnage barbu et mystérieux derrière lequel se dégage  une certaine classe.  Assise sur mon strapontin je vois défiler les stations et évoluer les figures au fur et à mesure que nous avançons sur la ligne. Passé métro Fourche, se mêlent bourges parisiens et classe populaire, laissant place à un brouhaha festif.

Arrivée à destination station Brochand, j’emprunte la rue Lemercier (17ème arrondissement) pour rejoindre le cœur des Batignolles.

Ce quartier qui a connut une vie culturelle très active dans la seconde moitié du XIX siècle, regorgent de petites brasseries et bars à vin.  A l’une de ces terrasses qui se succèdent sur mon chemin,  je me prends à m’imaginer en compagnie de Paul Verlaine sirotant un breuvage interdit… Depuis Stéphane Mallarmé au célèbre Edouart Manet qui ont habité et côtoyé l’arrondissement, une atmosphère de bohème persiste.

Pas étonnant que ce district soit en pleine effervescence et ne cesse de prendre de la valeur depuis ces cinq dernières années. Ici, il sonne comme  un retour des années folles…

Après un déjeuner bien copieux, cap pour le Square des Batignolles.  Grotte,  rivière, cascade et lac miniature… autant d’éléments qui nous font pensé à un jardin à l’anglaise. Mais les rails de la gare St Lazare à proximité sonnent le glas et  nous ramène de suite au cœur de Paris!

DSC02090

DSC02096

DSC02122

DSC02124

DSC02167